Lexique Construction

Vous trouverez dans cette rubrique quelques explications concernant le vocabulaire et les termes utilisés dans le domaine de la construction

 

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
L
M
O
P
S
T
V
A

Acrotère :
Socle disposé aux extrémités et au sommet d’un fronton ou d’un pignon et portant un ornement.

Acte Authentique :
Acte reçu par un officier public (ex : notaire) rédigé selon les formalités requises et ayant une force probante particulière.

Acte sous seing privé :
Acte rédigé et signé par les parties sans intervention d’un officier public.

Adduction d’eau :
Canalisations permettant le branchement au réseau public de distribution d’eau potable.

Allège :
Distance entre le sol fini et le bas d’une fenêtre.

Appui :
partie maconnée sous une fenétre.

Arase :
Face supérieure d’un mur : « Parfois le charpentier indique au maçon la hauteur de l’arase des murs afin que la base de la charpente puisse être bien conçue « .

Ardoises :
Feuilles de schiste minces et légères employées en couverture. Utilisables pour des toits dont la pente peut varier de 20% à la verticale.

Armatures :
Structures en acier incorporées au béton permettant de donner aux ouvrages en béton armé leur résistance aux efforts de flexion et de traction.

Assainissement :
Réseau de collecte et d’évacuation des eaux vannes, eaux usées et eaux pluviales.

Auvent :
Ouvrage en saillie en façade (toiture ou dalle) situé généralement au-dessus des portes d’entrée.

B

Bacs métalliques :
Eléments métalliques en acier, bacs autoporteurs utilisés en couverture sur charpentes ou en supports d’étanchéité.

Baie :
Ouverture dans un mur fermée par une fenêtre. La baie est dite libre lorsqu’elle ne reçoit pas de menuiserie.

Balcon :
Dalle accessible en saillie sur une façade et protégée par un garde-corps.

Balustrade :
Garde-corps composé de balustres (éléments tournés en pierre ou en bois), disposé en périphérie de balcons et terrasses.

Bardage :
Revêtement de finition des façades monté sur ossature. Il peut être constitué de plaques de métal, de pierre, de bois…

BBC :
Acronyme pour Bâtiment Basse Consommation. Optionnelle pour le moment, la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) impose une performance énergétique à toutes les nouvelles constructions. Ces dernières doivent avoir une consommation énergétique inférieure à 50 kWh/m² et par an. La RT 2012 s’imposera pour tous les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2013.

Bbio :

Bilan Bioclimatique du Bâtiment.

Boisseaux :
Eléments d’un conduit de fumée.

Bow-window :
Ouvrage vitré en avancée sur une façade. Mot anglais souvent utiliser pour désigner l’oriel; élément de construction à pans coupés ou cintrés, placé en saillie sur le parement d’un mur de façade et recevant plusieurs fenêtre. Syn. Oriel, Logette.

C

Cadastre :
Les documents cadastraux sont des documents administratifs permettant d’identifier les propriétés de chaque commune. Ils peuvent être consultés en mairie. (plans parcellaires)

Cep :

Consommation en Energie Primaire.

Certificat d’urbanisme :
Document administratif devant être demandé avant toute mutation de terrain au maire de la commune concernée. Il indique notamment si le terrain peut être affecté à la construction, les limitations éventuelles au droit de propriété, et l’état de desserte des lieux par les réseaux publics.
Ce document est valable 18 mois maximum.

Chaînage :
Ceinture en métal ou en béton reliant les murs porteurs et évitant leur écartement. Il peut être horizontal ou vertical.

Chambranle :
Encadrement posé en applique, généralement mouluré, pour porte et fenêtre. Prend le nom de bâti dormant lorsqu’il est scellé, destiné à une porte ou croisée.

Chape :
Couche mince de ciment recouvrant la surface d’une dalle ou d’un plancher. La chape est dite flottante lorsqu’elle est désolidarisée de la dalle ou du plancher par un feutre, un isolant ou tout autre matériau continu.

Charpente :
De façon générale, assemblage de pièces de bois, de poutrelles de béton ou de profilés métalliques, composant l’ossature ou squelette d’un édifice, d’un plancher, d’un escalier, et, dans le sens courant, l’ossature porteuse et le contreventement d’un comble. Les charpentes de toiture doivent à la fois porter sans déformation les matériaux de couverture, et résister aux efforts et charges dus au vent et à la neige.

Châssis :
Cadre en bois ou en métal dans lequel s’adapte une porte ou une fenêtre généralement vitrée.

Chevron :
Pièce de bois inclinée supportant le linteau.

Chien assis :
Fenêtre en saillie située dans la toiture.

Claustra :
Ouvrage ajouré en bois ou en maçonnerie fermant une loggia ou constituant un élément séparatif dans une pièce.

Cloison :
Désigne les parois non porteuses permettant d’organiser les espaces. Les cloisons peuvent être en briques, parpaings, carreaux de plâtre,…

Coefficient d’occupation des sols (COS) :
Coefficient déterminant pour chacune des parcelles comprises dans les zones définies par le plan d’occupation des sols (POS) d’une commune, la densité de construction admise selon les règles d’urbanisme. Rapport exprimant le nombre de mètres carrés maximum de plancher hors œuvre pouvant être construits par mètre carré au sol.

Combles :
Partie de la maison située sous la toiture. Les combles peuvent être perdus ou aménagés.

Condition suspensive :
Condition dépendant d’un événement futur et incertain qui suspend la validité d’une convention (ex : promesse de vente sous condition suspensive d’obtention d’un prêt) Si la condition ne se réalise pas, l’acte est considéré comme nul et non avenu.

Contreventement :
Dispositif destiné à stabiliser une partie de l’ouvrage, malgré les contraintes imposées par le vent. Dispositif essentiel dans le respect des normes parasismiques.

Coupe :
Section d’une partie du plan avec vue dans le sens de la flèche.

Couvertine :
Elément de protection et d’étanchéité de la partie supérieure d’un muret ou d’un acrotère. Elle peut être en marbre, en granite, en acier laqué, en zinc, en aluminium ou en plomb

Croupe :
Pan de toiture rampant à l’extrémité d’un comble. La croupe, qui peut être triangulaire ou trapézoïdale, est délimitée par deux arêtiers et un égout. Une croupe est biaise si son égout n’est pas perpendiculaire à ceux des longs pans. La charpente de croupe comprend une ferme de croupe, dans l’axe du faîtage, et deux demi-fermes d’arêtier.

Cuisine américaine :
Cuisine ouverte sur le séjour.

D

Dalle :
Surface horizontale en béton reposant sur la structure d’une construction.
La dalle flottante est une dalle désolidarisée de son support (plancher).
Les dalles sur plots sont des dallettes de petites dimensions posées sur plots et permettant d’assurer la protection de l’étanchéité des terrasses accessibles.

Déclaration d’achèvement des travaux :
Déclaration signée du constructeur qui doit être adressée à la mairie dans un délai de 30 jours à partir de l’achèvement des travaux.

Descente :
Canalisation de section circulaire, ou parfois carrée, verticale ou en forte pente, par laquelle on « descend » jusqu’au niveau du sol les eaux pluviales recueillies parles chéneaux et gouttières. La descente est terminée, à sa base, par un dauphin. Le choix du diamètre d’une descente est donné par des abaques, en fonction de la surface de récolte d’eaux (surface en projection horizontale), de l’intensité des pluies, et de la forme droite ou conique du moignon.

Descente des charges :
Calcul de la transmission des charges cumulées vers les points d’appui et les éléments porteurs d’un ouvrage.

Désordre :
Concernant l’enveloppe du bâtiment, ce terme désigne les dégradations dont souffre une composante, en raison d’une mauvaise conception ou d’une mise en œuvre déficiente.

Devis descriptif :
Document donnant les caractéristiques détaillées d’un ouvrage à construire (mode d’exécution des travaux, matériaux utilisés, description technique des équipements…)

Dévoiement :
Changement de direction d’un conduit.

Domotique :
Installations permettant la commande automatique ou à distance de certains équipements (chauffage, alarme…)

Doublage :
Revêtement posé contre une paroi pour renforcer l’isolation thermique.

DTU :
Documents Techniques Unifiés. Document qui réunit l’ensemble des « Règles de l’art » et techniques de construction dont le bien-fondé est confirmé par l’expérience, pour chaque type d’ouvrage du bâtiment. Il y a actuellement une centaine de DTU. À chaque DTU correspond une norme NF. Les D.T.U sont en France la référence technique indiscutée dans tout règlement de litiges de conception ou de mise en œuvre portant sur les ouvrages concernés. Le non-respect des prescriptions des DTU constitue, pour les assureurs, un motif suffisant pour faire jouer les clauses d’exclusion de garantie.

E

Eaux usées – Eaux vanne :
Les eaux usées sont les eaux évacuées des cuisines et salles de bains. Les eaux vannes sont les eaux évacuées des WC.

Egout :
Bas de pente d’une toiture, d’où s’écoulent les eaux de pluie. La hauteur à l’égout correspond à la distance entre le terrain naturel et le point de rencontre entre le mur et le toit.

Embrasure :
Ouverture d’un mur.

Encorbellement :
Elément constructif en saillie par rapport au plan de la façade.

Enduit hydrofuge :
Enduit destiné à améliorer l’imperméabilisation.

Etanchéité :
Complexes bitumineux permettant la mise hors d’eau des terrasses.

F

Faîtage :
Partie la plus haute de la couverture. La hauteur de faîtage correspond à la sitrance entre le terrain naturel et le faîtage.

Faux plafond :
Plafond léger suspendu ou posé sur ossature en sous face du plancher ou de la dalle structurante.

Faux-plancher :
Plancher de comble non habitable, constitué d’un simple solivage apte à soutenir un plafond et le poids des visites techniques.

Fenêtre :
Menuiserie vitrée de différents types.

- Fenêtre à la française: le vantail ouvre vers l’intérieur suivant un axe vertical latéral.
- Fenêtre à l’anglaise : le vantail ouvre vers l’extérieur selon un axe vertical latéral
- Fenêtre coulissante : panneaux coulissant suivant des rails horizontaux haut et bas.
- Fenêtre basculante : le vantail bascule autour d’un axe central horizontal.
- Fenêtre pivotante : le vantail pivote autour d’un axe central vertical.
- Fenêtre à guillotine : panneaux coulissant suivant des rails verticaux situés de part et d’autre du châssis.
- Œil de bœuf : Châssis circulaire basculant autour d’un axe central horizontal.

Fermettes :
Fermes industrialisées (triangulation de charpente supportant les éléments de couverture) posées à intervalles réguliers et rapprochés permettant de supprimer les pannes et les chevrons.

Fondations :
Assises des structures d’une construction. Les fondations sont conçues en fonction de la nature des sols. Fondations superficielles sur de bons sols (roche, matériau compact et sec…) et pieux sur les sols de mauvaise qualité (remblais, sols poreux…).

Fouille :
Creusement du sol pour permettre la construction. Fouille en pleine masse à l’emplacement du futur sous-sol, fouille en rigole à l’emplacement des futures semelles de fondation.

G

Génoise :
Corniche en tuiles destinée à éloigner les eaux de pluies de la façade.

Gros-Oeuvre :
Eléments structurants d’une construction. (fondations, murs, dalles, toitures…)

H

Hors d’air ;
Se dit d’une construction dont la couverture, les portes et fenêtre sont posées.

Hors d’eau :
Se dit d’une construction dont la toiture est posée.

Hourdage :
Assemblage d’éléments de construction (briques, boisseaux, parpaings,…) à l’aide de mortier.

Hourdis :
Bloc de béton plein ou creux, de terre cuite ou de polystyrène placé entre les poutrelles d’un plancher préfabriqué en béton.

Huisserie :
Bâti métallique ou en bois, fixé dans la maçonnerie ou les cloisons et servant d’encadrement à une porte.

Hydrofuge :
Qui préserve de l’eau et de l’humidité.

I

Impression (couche d’) :
Première couche diluée de peinture appliquée sur un matériau.

Indice BT 01 :
Indice national du bâtiment. C’est la référence officielle de révision des prix de construction.

Insert :
Appareil placé dans la cheminée et permettant de récupérer la chaleur.

J

Jambage :
Partie verticale de la maçonnerie, le long d’une fenêtre.

Jointoiement :
Traitement d’une maçonnerie ou d’un mur afin que les joints effleurent le parement.

L

Lame d’air :
Espace libre de quelques cm entre deux parois parallèles. Les lames d’air peuvent avoir une fonction pour l’isolation thermique et/ou pour l’assainissement des murs.

Le Q4 :

Coefficient de Perméabilité a L’air.

Linteau :
Partie pleine au-dessus d’une baie (porte ou fenêtre).

Lucarne :
Ouverture pratiquée dans un comble pour en éclairer et en aérer l’intérieur. En général, une lucarne se compose d’une façade dans laquelle prend place la fenêtre, de jouées qui sont les parties triangulaires adossant la lucarne au comble, et du comble de la lucarne proprement dit.

M

Main courante :
Partie haute d’un garde-corps, ou barre d’appui longeant une paroi.

Maître d’oeuvre :
Personne physique ou morale chargée par le maître d’ouvrage de la conception d’un projet immobilier, de l’assistance pour le choix des entreprises, et de la vérification de la conformité des constructions par rapport au projet élaboré et aux engagements contractuels. La fonction de maître d’œuvre est notamment exercée par les architectes.

Maître d’ouvrage :
Personne physique ou morale pour le compte de laquelle sont réalisés une construction ou des travaux. Le maître d’ouvrage réunit les fonds et choisit le maître d’œuvre. Un particulier qui construit une maison individuelle en est son maître d’ouvrage.

Mansardé :
Se dit d’un espace aménagé dans des « combles à la Mansard ». Le comble est formé par deux pans brisés. La partie basse ayant un angle proche de la verticale.

Mission SPS :
Elle désigne l’action de coordination sécurité et protection de la santé obligatoire pour tout chantier de bâtiment sur lequel interviennent plusieurs travailleurs indépendants. Cette mission vise à prévenir les risques issus de leur co-activité et à prévoir l’utilisation de moyens communs. À cet effet, le maître d’ouvrage désigne un coordonnateur SPS, dont les rôles, missions et responsabilités sont définis par le Code du travail. Cette mission figure dans le descriptif contractuel signé par Berthelot Constructions et son client.

O

Ossature :
Ensemble continu des éléments porteurs et assurant la solidité et la tenue de la construction.

Ouvrant :
Partie mobile d’une fenêtre ou porte autour d’un axe de rotation.

P

Panne :
Pièce horizontale supportant les chevrons.

Parasismique :
Qualifie la conception architecturale adaptée au risque d’ébranlement par les séismes (secousses telluriques dites tremblement de terre). L’application de ces règles s’impose, à des degrés divers et selon les types de bâtiments, dans les régions à risques. Les 2/3 sud de la Loire-Atlantique et toute la Vendée sont considérée comme des zones de sismicité modérée (niveau 3 sur 5).

Patio :
Cour intérieure, encadrée par du bâti.

Pergola :
Structure composée de poteaux et de petites poutrelles à claire – voie généralement destinée à recevoir des plantes grimpantes.

Permis de construire :
Autorisation obligatoire pour construire, effectuer une extension ou une rénovation.
La demande de permis de construire est déposée à la mairie du lieu de la construction. Elle est constituée du projet architectural et des pièces administratives nécessaires.
Le délai d’instruction est généralement de 2 mois. Le délai peut être plus long selon les services consultés, dans ce cas le délai est précisé par l’administration.

Pieuvre :
Ensemble de fils électriques partant du centre d’une dalle et qui rayonnent vers les interrupteurs…. Ce dispositif est noyé dans le béton de la dalle.

Plan d’occupation des sols (P.O.S) :
Document fixant les règles générales et les servitudes d’utilisation des sols d’une commune. Pour chaque zone définie le P.O.S. fixe le Coefficient d’occupation des sols (C.O.S.) qui détermine la densité des constructions autorisée.

Plan de masse :
Plan présentant les limites du terrain et son orientation, l’implantation de la construction par rapport aux limites du terrain, le tracé des voies de dessertes et les raccordements. Le plan masse fait figurer le plan des toitures de la construction.

Pont phonique :
Transmission parasite du son résultant, par exemple, d’un passage de tuyaux dans un mur ou dans un plancher, ou de la présence d’un aérateur.

Pont thermique :
Zone ponctuelle ou linéaire qui, dans l’enveloppe d’un bâtiment, présente une moindre résistance thermique, du fait du phénomène de convergence / divergence des flux (concentration vers les points de faible résistance). Les ponts thermiques réduisent l’efficacité d’une isolation. Les tests d’étanchéité à l’air réalisé en fin de construction pour les maisons BBC les traquent sans pitié.

Porche :
- 1. Lieu couvert placé en avant de la porte d’entrée d’un édifice. – 2. Comble élevé au-dessus d’un portail ménagé dans un mur de clôture.

Porte-à-faux :
- 1. Partie d’une poutre ou d’une construction se prolongeant au-delà des appuis. – 2. En porte-à-faux, en dépassement par rapport à un point d’appui :  » les encorbellements et les auvents sont construits en porte-à-faux « .

Portée :
Distance séparant deux appuis soutenant une structure ou un élément de celle-ci. À ne pas confondre avec la longueur de l’élément (ex. une poutre de 5 m reposant sur deux colonnes à 3 m de distance l’une de l’autre a une portée de 3 m).

Porteur :
Qualifie un élément de charpente (poteau, poutre, etc.) qui, par son emplacement, son équarrissages ou sa structure, fournit un appui stable et supporte une partie de la construction.

R

Radier :
Elément de fondation fait d’une dalle en béton armé.

Ragréage :
Rendre une surface le plus lisse possible.

Ravoirage :
Ce terme désigne la chape réalisée en recouvrement des fourreaux et canalisations de plomberie, électricité et gaz posés directement sur le béton de la dalle. Par son caractère auto-nivelant, il assure une bonne planéité du sol, un enrobage parfait des gaines techniques et une accessibilité de la chape sous quelques jours. Il servira de support à un isolant susceptible d’accueillir les tuyaux d’eau ou les serpentins d’un chauffage au sol.

Réception des travaux :
C’est l’acte par lequel le maître d’ouvrage déclare recevoir les travaux (avec ou sans réserves) en présence du constructeur. Elle fait l’objet d’un procès-verbal de réception, et constitue le point de départ des différents délais de garantie.

Refend (mur de) :
Mur porteur intérieur.

Rempannage :
Action de combler les vides de maçonnerie d’un pignon et de l’araser au niveau supérieur des pannes et chevrons.constitutifs du faitage.

Rive :
Bord de la couverture.

RT 2012 :
Depuis le 1er janvier 2013, la RT 2012 – pour Réglementation Thermique 2012 – est applicable aux bâtiments neufs à usage d’habitation. La généralisation de bâtiments à basse consommation (BBC) implique dorénavant que la consommation énergétique des logements n’excède pas 50 kWhep/m2.an. Des attestations de prise en compte de la RT 2012 sont à établir au moment du dépôt de permis de construire. A noter que la RT 2012 impose que la perméabilité à l’air de l’enveloppe soit conforme à certaines exigences techniques. Un test de perméabilité à l’air, dit « de la porte soufflante » est obligatoire, en fin de chantier, en logements individuels et collectifs.

S

Second œuvre :
Travaux tous corps d’état hors structures porteuses (gros œuvre).

Solin :
Garniture de mortier, ciment ou plâtre, exécuté sur une couverture, le long d’un mur pour en assurer l’étanchéité.

Soubassement :
Sert de support à la construction et prend appui sur les fondations.

Souche :
Elément en maçonnerie placé au-dessus des combles et renfermant un ou plusieurs conduits fumée ou ventilation.

Sous Oeuvre :
Travaux se rapportant aux fondations.

Surface habitable :
Surface de plancher calculée après déduction de l’emprise des murs, des cloisons, des caves, des sous-sols, des balcons et locaux dont la hauteur est inférieure à 1,80m. De cette notion découle la surface habitable pondérée qui ajoute à la surface habitable la moitié de la surface des annexes (garage, cellier, cave…).

Surface Hors Œuvre Brute – SHOB :
Total de la surface de plancher murs extérieurs inclus.

Surface Hors Œuvre Nette – SHON :
Totalité des surfaces de plancher déduction faite de ce qui n’est pas aménageable.

T

Test de perméabilité à l’air :
La perméabilité à l’air d’une construction caractérise la sensibilité du bâtiment vis-à-vis des écoulements d’air parasites causés par les défauts de son enveloppe, ou plus simplement tout défaut d’étanchéité non lié à un système de ventilation spécifique. Elle se quantifie par la valeur du débit de fuite traversant l’enveloppe sous un écart de pression donné. La réussite à ce test est obligatoire pour l’obtention du label BBC Effinergie. Il est effectué à la fin de la construction.

THPE :
Acronyme de Très Haute Performance Energétique. Un bâtiment THPE atteste qu’il respecte un niveau de performance énergétique globale supérieur à l’exigence réglementaire, vérifié grâce à des modalités minimales de contrôle. Pour le label THPE, les consommations conventionnelles d’énergie primaire doivent être inférieures d’au moins 20% par rapport à la consommation de référence RT 2005.

THPE :
Depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation thermique au 1er janvier 2013 (RT 2012), le label THPE – pour Très Haute Performance Energétique – impose une consommation maximale des 5 usages réglementaires inférieure à 40 KWhep/m²/an (contre 50 pour la seule RT 2012. Le niveau THPE correspond peu ou prou au label Effinergie+

Tic :

Température Intérieure Conventionnelle.

Trappe de visite :
Petite ouverture destinée aux visites et aux réparations.

Trémie :
Vide dans le plancher pour le passage des équipements.

V

Vantail:
Partie mobile d’un ouvrant.

Viabilisé :
Se dit d’un terrain sur lequel les travaux préalables nécessaires à la construction (voirie, réseaux…) ont déjà été réalisés.

Vide sanitaire :
Vide ménagé entre le sol et la dalle de rez-de-chaussée.

VMC (Ventilation mécanique contrôlée) :
Système d’aération qui permet à l’air de circuler entre les pièces avec un débit constant.

VRD (voiries et réseaux divers) :
Equipements de circulation, d’alimentation électrique, en gaz, eau potable, égout.